Accueil » Notre groupe » Actualités » Onet Technologies se lance dans le soudage subaquatique en milieu contraint

Onet Technologies se lance dans le soudage subaquatique en milieu contraint

lundi 17 septembre 2018
- Service Communication - Onet Technologie
Soudure goujons sous eau

Sollicité par EDF pour remplacer les joints d’étanchéité des portes des piscines des bâtiments combustibles de la centrale de Fessenheim, Onet Technologies a mis au point un système innovant de soudage sous l’eau en milieu contraint. Une prouesse technologique de plus et une nouvelle corde à l’arc de l’entreprise.

Le défi était de taille : remplacer, sous l’eau, en zone contaminée, les joints d’étanchéité des portes de séparation (dites aussi “portes de batardeaux“) des bâtiments combustibles des centrales nucléaires. Ces joints, qui doivent être changés tous les 10 à 15 ans, sont fixés auxdites portes par des goujons (130 par porte). Certains de ces goujons, de seulement 6 mm de diamètres, peuvent présenter des signes d’usure ou se rompre lors d’opérations de maintenance. Ils doivent donc être remplacés ou réparés sur place, les portes de batardeaux étant extrêmement hautes (13 mètres) et lourdes (remplies de béton), donc impossibles à déplacer.

D’où le lancement par EDF d’un marché portant sur la mise au point d’un système capable de réaliser ce type de soudures dans le respect à la fois des exigences techniques et de fiabilité que des contraintes de sûreté/sécurité propres au nucléaire.

 

Entre forgeage et soudage

 

Les études et démonstrations de performance présentées par Onet Technologies ayant été concluantes, le marché lui a été attribué. Lancé en novembre 2015, le chantier en est aujourd’hui à mi-parcours.

« Seule une des deux portes de batardeaux du bâtiment combustible de la centrale de Fessenheim a pu être traitée en 2018 du fait d’une “fenêtre planning“ d’EDF qui ne nous a pas permis d’intervenir sur les deux portes, explique Patrice Cortez, responsable d’affaires en charge des plongeurs et scaphandriers au sein de la Direction des Services Nucléaires d’Onet Technologies (DSN). La poursuite des travaux est prévue en Janvier 2019. »

Le système mis au point par Onet Technologies revêt la forme d’un dispositif de type pistolet de soudage équipé, à son extrémité, d’une chambre de protection gazeuse. La soudure du goujon sur la porte se fait à l’intérieur de cette chambre, à sec, cet environnement étant indispensable à la garantie d’une soudure de qualité.

Outre les équipes d’ingénieurs qui l’ont conçu, sept personnes ont été mobilisées sur site pour déployer ce concept innovant.

 

« Ce dispositif, qui combine les techniques du forgeage et du soudage, permet de souder durablement les goujons de façon quasi-instantanée (en une demi-seconde), précise Patrice Cortez. Le goujon n’est pas chargé dans le pistolet au moyen d’une cartouche mais inséré et positionné manuellement à l’extrémité du pistolet, dans un mandrin qui le pré-positionne pour une application directe au contact de la porte avant-soudage. »

 

Une prouesse technique, qui ouvre à Onet Technologies de nouveaux horizons

 

La démonstration de faisabilité a eu lieu en août 2016 en présence de représentants du Centre nucléaire de production d’électricité (CNPE) de Fessenheim.

« Bien que cette centrale soit vouée à fermer, son bâtiment combustible doit être maintenu en activité parce qu’il contient du combustible usé. Cela qui doit se faire dans le respect absolu des contraintes de sûreté, donc d’étanchéité des accès. »

Pour l’heure, deux joints d’une des deux portes de batardeaux du bâtiment combustible de la tranche 2 ont été remplacés et six goujons réparés par soudage (trois usés et trois autres qui se sont rompus lors du changement des joints).

Les autres joints d’étanchéité de la seconde porte de batardeau seront traités début 2019.

Véritable prouesse technique - et première du genre - pour Onet Technologies, ce système de soudage permet aux équipes de l’entreprise, en l’occurrence à ses équipes de plongée, d’intervenir directement sur les installations, sans avoir à mobiliser des équipements télé opérés coûteux mais surtout difficiles à déployer sous huit mètres d’eau. La capacité d’adaptation des scaphandriers de la Direction des Services Nucléaires, mais aussi leur réactivité et leur expérience en soudage sont, pour ce type de mission, des atouts majeurs.

Conçu sous le contrôle du très rigoureux Institut de soudure, organisme référent de type “Veritas“ spécialisé dans le soudage, ce système de soudage subaquatique en milieu confiné ouvre à l’entreprise de nouveaux horizons.

« Tout exploitant d’une piscine nucléaire peut en effet faire appel à nous pour des missions similaires, conclut Patrice Cortez. »

 

Des plongeurs hautement qualifiés et expérimentés

Le service des plongeurs et scaphandriers de la Direction des Services Nucléaires d’Onet Technologies intervient sur différents types de situations, aussi bien en zone contrôlée (bâtiments combustibles / piscines nucléaires) qu’aux abords des CNPE, en mer ou dans des fleuves (hors zones contrôlées).

Deux chargés d’affaires s’en partagent la responsabilité : Patrice Cortez pour les interventions en zone contrôlée et Émilie Cupif pour les travaux subaquatiques aux abords des centrales.

Ce service regroupe 19 agents, bénéficiant tous d’une formation et d’une expérience solide de plongée.