Accueil » Notre groupe » Actualités » Après 33 jours de course, Fabrice Amedeo abandonne

Après 33 jours de course, Fabrice Amedeo abandonne

mardi 15 décembre 2020
- Onet x Amedeo
Après 33 jours de course, Fabrice Amedeo abandonne

Après un mois de course et après avoir rattrapé une partie de son retard sur les anciens bateaux, Fabrice Amedeo abandonne le Vendée Globe 2020 suite à une avarie sur son ordinateur de bord.

quatrième semaine / #4SEMAINEDUVDG

Une succession de difficultés

Rappelez-vous, notre navigateur avait pris le départ des Sables d’Olonne dimanche 8 novembre et avez été contraint de faire demi-tour au bout de 2 jours de course suite à un problème de hook, une pièce d’accroche de voile avant. Son équipe technique avait réussi à résoudre cette problématique en un temps record avec l’aide des teams adverses lui permettant de repartir sous les encouragements des Sablais.

Après quelques miles, le skipper s’est confronté à un fort épisode météorologique mettant à rude épreuve son bateau et le privant d’un de ses deux ordinateurs de bord.

Alors que Fabrice Amedeo pensait avoir mangé son pain noir et luttait pour remonter sur la flotte des anciens bateaux, les portes météorologiques qu’il avait anticipé et qui devait faire la différence se sont fermées devant lui, les unes après les autres creusant l’écart avec les navigateurs en tête de course.

Le tableau s’assombri une fois de plus le 10 décembre, après 33 jours de course. Notre skipper en 21e position dans les quarantièmes rugissants annonce que son deuxième ordinateur de bord ne fonctionne plus le privant d’informations météorologiques alors que la mer est très formée.

 

Une situation dangereuse et un choix difficile à prendre

Le premier ordinateur de bord était hors-service depuis le front au large du cap Finisterre. Fabrice Amedeo avait tenté de le réparer en vain et savait qu’il poursuivait sa route avec une épée de Damoclès. Notre navigateur a donc tenté d’effectuer les réparations avec l’équipe technique à distance en se mettant à l’abri des rafales à 40 nœuds attendues sur zone.

Compétiteur dans l’âme et marin passionné, Fabrice Amedeo doit se résoudre à abandonner et a mis le cap vers l’Afrique du sud. « C’est une décision difficile à prendre », a-t-il confié alors qu’il abandonne pour la première fois dans une course d’envergure.

Il témoigne :

« [..] Nos bateaux à foils sont diaboliques dans du vent fort, explique Fabrice. Je veux pouvoir naviguer selon un principe qui a toujours été le mien : en bon marin et en ayant le sentiment de maîtriser ma sécurité et celle de mon bateau. J’ai donc décidé d’arrêter à Cape Town mon Vendée Globe. C’est une décision qui a été difficile à prendre mais que j’assume. Je suis très malheureux mais je sais que je vais rebondir. Je remercie et je pense fort à mes partenaires à qui je rêvais d’offrir une arrivée aux Sables d’Olonne, comme une petite lumière au bout du tunnel de cette année 2020 qui a été compliquée pour tout le monde. J’adresse aussi un immense merci à mon équipe technique qui a fait un super travail. Le Vendée Globe raconte des histoires de vie et l’échec en fait partie. Je vais digérer cet échec qui me fera grandir et revenir plus fort et plus solide.»

Arrivé à Cap Town dimanche matin, son compagnon en carbone est amarré au pied de Table Mountain. Avec cet arrêt à quai, c’est le Vendée Globe qui s’arrête vraiment et cela est difficile à réaliser. Notre skipper se confie et explique que tant qu’il était en mer, il était dans le cocon protecteur de ce monde parallèle que constitue le large. Dorénavant, sur la terre ferme, il se concentre sur la liste des choses à faire pour remettre l’IMOCA en ordre de bataille.

« L’océan m’a malmené et n’a pas voulu de moi cette année. Mais mon amour et ma foi sont intacts. Nous reviendrons en 2024. »

 

L’ensemble des collaborateurs du groupe Onet saluent le courage et la détermination de Fabrice Amedeo lors de ce Vendée Globe. Le navigateur a su évaluer les risques et s’écouter en mettant sa combativité de côté. Nous lui adressons tous nos sentiments les meilleurs, et un bon retour.